Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:33

Dans les cités guerrière telles Sparte ou Thèbes, l'homosexualité était présente sous une forme un peu différente de ce que l'on pouvait trouver dans les autres cités. Bien que les historiens ne sont pas tous d'accord sur le sujet, beaucoup maintiennent la théorie de la pédérastie en la nuançant quelque peu. En effet, la pédérastie servait essentiellement dans ces cités à préparer les jeunes hommes au combat. Pourtant, il semblerait que les relations entre hommes du même âge étaient tolérées, voire encouragées ce qui est une spécificité des cités guerrières puisque l'homosexualité était mal vue et réprimandée dans le reste de la péninsule hellénique.

On peut alors se demander pourquoi une telle tolérance dans une cité guerrière. Tout simplement parce que la création de lien affectifs entre deux hommes permettaient à ceux-ci d'avoir une personne chère à défendre pendant les combats et exaltait ainsi leurs pulsions guerrières. Il trouvaient ainsi dans cet amour une motivation supplémentaire à celle de protéger la Cité : protéger leur amant. Le Bataillon Sacré de Thèbes était ainsi essentiellement composée de couples d'hommes ce qui se révélait très efficace à réveiller la bravoure chez les soldats. En effet, aussi appelé Bataillon des Amants, il était connue dans toute la Grèce pour ses glorieuses victoires.

A Sparte, on utilisait la même méthode : de nombreux soldats se révélaient homosexuels ce qui leur donnait une raison supplémentaire de se battre. On sait donc pourquoi l'homosexualité entre deux hommes du même âge, jugée honteuse dans la Grèce antique était tolérée et encouragée dans les cités guerrières. 

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 09:26

La pédérastie dans la Grèce antique peut aussi avoir une origine mythique ce qui était chose courante à cette époque, les Grecs étudiant leurs origines et la création du monde en puisant dans la mythologie. Il s'agit ici d'un mythe crétois qui remontrait à l'époque de Minos soit environ au XXème siècle avant Jésus-Christ.

Le roi de Crète aurait introduit la pédérastie pour éviter la surpopulation sur son île. Cette pédérastie est d'ailleurs devenue une coutume et imposait un rite de passage de l'enfance à l'âge adulte. En effet,  l'amant adulte annonçait tout d'abord aux amis du jeune homme aimé sa volonté de procéder à ce rite qui consistait à l'enlèvement du jeune homme. Il leur fixait ainsi trois ou quatre jours avant la date et le lieu du rapt. Cette volonté étant dévoilée, il était inpensable de la part des amis d'interdire au jeune homme de se promener en ce lieu ce qui signifierait qu'il ne mérite pas un tel amant. Le jour de l'événement, l'amant enlève le jeune homme et ses amis le poursuivent seulement par tradition. En effet, cette fausse poursuite permet de sauver les apparences mais réalité ils laissent faire l'amant avec le plaisir que l'on porte généralement aux coutumes à cette époque là. L'amant est ainsi "poursuivi" jusqu'à ce qu'il ait amené l'éromène dans sa maison. Le jeune homme reçoit alors un cadeau de son amant.

L'éraste emmène ensuite l'éromène où il le désire, accompagnés des témoins de l'enlèvement qui partagent avec eux le festin traditionel. Deux mois plus tard, le garçon retourne chez lui avec de riches cadeaux. Une version du mythe raconte que ces présents qui devaient symboliser le passage de l'enfance à l'âge adulte étaient au nombre de trois et se composaient d'une armure (pour la réussite guerrière), d'un taureau (pour les responsabilités) qu'il sacrifiait ensuite à Zeus et une coupe représentant l'ivresse divine. Cependant, les différentes version du mythe divergent beaucoup sur ce point. On raconte que l'amant devait ensuite révéler s'il avait apprécié la relation avec son ravisseur ce qui permettait d'éviter quelque abus que ce soit de la part de l'éraste. En tous les cas, le fait d'avoir été choisi pour l'enlèvement relevait du prestige : les éromènes étaient en effet particulièrement honorés et notamment obtenaient les meilleures places aux réunions publiques et durant les courses où ils portaient les vêtements offerts par leur amant en signe de distinction.

On voit donc bien que le mythe du rapt crétois formait une coutume et un rite de passage très important de l'adolescence à l'âge adulte. Cependant cette version ne peut être affirmée avec certitude puisqu'il en existe d'ailleurs beaucoup d'autres. Ce rite permet en outre d'expliquer la partie mythique de la pédérastie dans la Grèce antique.

Partager cet article
Repost0