Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 20:30

Ces oeuvres nous ont laissé à penser que, si la plupart de nos contemporains considèrent la Grèce antique comme le berceau et le paradis de l'homosexualité, cela est peut-être dû en partie à des interprétations trop hâtives d'oeuvres, ou encore à des artistes, qui, en des temps moins tolérants que les nôtres, se servaient du cadre de la Grèce antique comme d'un prétexte pour exprimer leur propre homosexualité ou pour servir un propos tout autre que celui suggéré par le titre de leur tableau.

Partager cet article
Repost0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 15:28

Ce tableau de Jean Delville, peint en 1818 est, d'après son titre, censé représenter l'académie de Platon. Ici encore, on voit de jeunes gens, visiblement homosexuels (certains s'enlacent, d'autres prennent des poses suggestives...) dans un cadre antique, qui semblent écouter l'homme qui se tient au centre -sûrement Platon, d'où le titre sans doute. Mais cette oeuvre, plus qu'une représentation réaliste de l'académie de Platon, est une représentation atypique de Jésus et de ses 12 apôtres, comme on peut les compter sur l'image ci-dessous, de moins bonne qualité, mais entière. En effet, l'homme au centre, avec sa barbe et sa robe blanche, nous semble davantage proche de Jésus que de Platon. L'arbre derrière lui peut évoquer l'arbre de la connaissance, responsable de l'exil d'Adam et Eve. Encore une fois, l'artiste a en quelque sorte dissimulé le thème qu'il abordait vraiment sous celui de l'homosexualité de la Grèce antique, et a donc déformé la réalité pour servir son propos. Sans vouloir me répéter,  cette situation aurait été extrêmement mal vue : les partenaires ne devaient pas avoir le même âge.  

Partager cet article
Repost0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 13:15

Ce tableau de Jean BROC, datant de 1801, représente la mort de Hyacinthe, dont vous pouvez trouver l'histoire dans la catégorie "Homosexualité masculine". La posture des deux hommes, et notamment celle d'Apollon qui soutient son amant ne laisse aucun doute quant à leur homosexualité : la façon dont le dieu enlace l'homme évoque la tendresse qu'il ressent à son égard, ainsi que la douleur qu'il éprouve à l'idée de sa mort. Ce couple est atypique pour les Grecs et, ne correspond aux moeurs pratiquées : encore une fois, les deux amants semblent avoir sensiblement le même âge, ce qui était, sinon impossible, du moins très mal vu dans l'Antiquité grecque. On peut penser que le fait que les amants symbolisent tous deux un idéal de beauté explique leur statut de modèle.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 09:06

Le baron Wilhelm von Gloeden était un aristocrate allemand, qui s'est exilé en Sicile pour des raisons de santé. Là, il s'est consacré à la photographie.

Il a produit un grand nombre de photos tendencieuses, voire érotiques, notamment avec de jeunes éphèbes qu'il photographiait dans l'esprit de la Grèce antique. Son oeuvre, populaire en Allemagne, en Angleterre et en Amérique du Nord, a été récompensée pour la première fois par une médaille à l'exposition photographique de Londres en 1893.

 

Ces photos lui permettaient notamment d'exprimer son homosexualité en évitant la censure ou les critiques. Ainsi, elles ne correspondent pas à la réalité de l'Antiquité grecque, mais sont le reflet de son imagination.

<--Sur cette photo, nous voyons trois jeunes garçons les yeux fermés et torses nus, l'un sur l'autre.  L'un deux (à gauche) paraît s'attendre à recevoir un baiser de celui qui est au centre.

Nous disons que ces photos ne reflètent pas la réalité car les jeunes hommes ont sensiblement le même âge, ce qui est contraire au concept de pédérastie qui était pratiqué. De plus, ils sont habillés comme des pâtres, et non pas comme des éphèbes des classes sociales les plus aisées.

 

Partager cet article
Repost0